No newline at end of file
Home / Actualités / Communiqué de presse / IBIB / La Commission américaine sur la Liberté Religieuse Internationale rend visite au chef de l’EBUV Thich Quang Do à Saigon

La Commission américaine sur la Liberté Religieuse Internationale rend visite au chef de l’EBUV Thich Quang Do à Saigon

Download PDF

PARIS, 16 mai 2009 (BIIB) – Une délégation de la Commission américaine sur la Liberté Religieuse Internationale (USCIRF) s’est rendue auprès du Patriarche de l’Eglise Bouddhique Unifiée du Vietnam (EBUV) Thich Quang Do, au Monastère Zen Thanh Minh à Saigon, ce samedi 16 mai 2009. La délégation comprenait le Vice-Président de l’USCIRF Michael Cromartie, David Dettoni, Directeur des Opérations et des Actions de proximité, le Dr Scott Flipse, analyste politique senior, et Jane Bocklage, Deuxième Secrétaire de l’ambassade américaine à Hanoi. L’USCIRF, organisme indépendant qui conseille le Congrès et l’Administration américaines, est actuellement au Vietnam pour étudier la situation de la liberté religieuse. Dans son rapport annuel, paru ce mois-ci, l’USCIRF a recommandé que le Vietnam soit remis sur la liste noire des pires violateurs de la liberté religieuse ou listes des « Pays Particulièrement Préoccupants » (Countries of Particular Concern, CPC) du fait « des violations graves et systématiques de la liberté de religion et des autres droits de l’Homme ».

Le chef de l’EBUV Thich Quang Do, qui s’est entretenu au téléphone avec Vo Van Ai, porte-parole international de l’EBUV, a rapporté que la visite a duré de 10h30 du matin à midi et avait été très positive. Un grand nombre de policiers sont restés à l’extérieur du monastère pendant toute la réunion, mais ne sont pas intervenus.

La délégation s’est enquis de la situation actuelle de l’EBUV, qui est la cible de la répression gouvernementale depuis que les autorités communistes l’ont mise hors-la-loi, en 1981, et remplacée par une Eglise d’Etat, le Sangha Bouddhiste du Vietnam. Thich Quang Do a expliqué à la délégation de l’USCIRF qu’il n’y avait aucune amélioration du sort fait à l’EBUV. En fait, la répression est devenue beaucoup plus sophistiquée. Ce mois-ci, lors du Festival du Vesak (anniversaire du Bouddha), la Sécurité vietnamienne s’est rendue systématiquement dans toutes les maisons, en particulier à Hue, Danang et dans les régions où l’EBUV jouit d’un important soutien, pour menacer et intimider les Bouddhistes. Les policiers les ont averti qu’ils perdraient leurs emplois et que leurs enfants seraient exclus de leurs écoles s’ils continuaient à fréquenter les pagodes « réactionnaires » de l’EBUV. « Les Bouddhistes de l’EBUV vivent dans un constant climat de peur », a dit Thich Quang Do. En créant une organisation bouddhiste d’Etat, le but à long terme du Vietnam est de faire des bonzes bouddhistes des cadres du Parti Communiste. « Nous n’avons aucun espoir de changement sous le régime communiste. Seul un changement politique radical pourra nous amener la liberté religieuse et les droits de l’Homme au Vietnam ».

Thich Quang Do a demandé en particulier à l’USCIRF de transmettre les remerciements de l’EBUV pour la déclaration américaine prononcée lors de l’Examen Périodique Universel du Vietnam par le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU, à Genève, la semaine dernière. « Les Etats-Unis étaient le seul pays a appeler spécifiquement le Vietnam à reconnaître l’Eglise Bouddhique du Vietnam lors de l’EPU. C’était une proposition bienvenue et très opportune ».

L’USCIRF a interrogé Thich Quang Do sur le récent appel de l’EBUV pour un mois de désobéissance civile et de manifestation à domicile en mai, en protestation contre les plans du gouvernement d’extraire la bauxite sur les Hauts-Plateaux du Centre du Vietnam. Elle a en particulier demandé le lien qui existait entre cet appel et la liberté religieuse. « Les Hauts-Plateaux du Centre sont le toit de nos trois pays, le Laos, le Cambodge et le Vietnam. Quiconque contrôle ce toit contrôle nos pays », a répondu Thich Quang Do, faisant remarquer ques des dizaines de milliers de conseillers et d’ouvriers chinois avaient été amenés dans la région. Il a rappelé à la délégation américaine que le retrait de l’armée sud-vietnamienne des Hauts-Plateaux, en 1975, avait permis aux troupes nord-vietnamiennes d’envahir rapidement le pays. « Si nous permettons aux Chinois de s’installer dans cette région stratégique, nous risquons de devenir une nation d’esclaves. Si nous perdons notre pays, nous perdons notre liberté. Sans liberté, les religions ne peuvent survivre. C’est pourquoi l’EBUV doit s’y opposer ».

Check Also

L’ambassadeur américain au Vietnam Daniel Kritenbrink rend visite au Patriarche bouddhiste détenu Thích Quảng Độ

  PARIS, 15 juin 2018 (BIIB) – L’ambassadeur des Etats-Unis au Vietnam  Daniel J. Kritenbrink …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *