Home / Actualités / 22 membres d’un groupe non-violent condamnés à de très lourdes peines d’emprisonnement pour « subversion » au Vietnam

22 membres d’un groupe non-violent condamnés à de très lourdes peines d’emprisonnement pour « subversion » au Vietnam

Download PDF


PARIS, 4 février 2013 (VCHR) – Le Comité Vietnam pour la Défense des Droits de l’Homme est profondément indigné par les peines extrêmement lourdes prononcées aujourd’hui par le tribunal populaire de Phu Yen contre les membres d’un groupe non-violent. Le chef de ce groupe, Phan Van Thu (65 ans), a été condamné à la prison à vie et les 21 autres accusés ont reçu des peines allant de 10 à 17 ans d’emprisonnement pour « activités visant à renverser le gouvernement du peuple » (article 79 du Code pénal).

Pham Van Thu après son arrestation en février 2012
Pham Van Thu après son arrestation en février 2012

« C’est un nouveau coup dur pour la liberté d’expression et la liberté de conscience au Vietnam », a dit Vo Van Ai, Président du Comité Vietnam pour la Défense des Droits de l’Homme. « Le bilan du Vietnam concernant les droits de l’Homme est catastrophique et cela empire chaque jour. Emprisonner à vie un vieillard juste pour ses croyances non-violentes, c’est tomber très bas, même pour les critères vietnamiens ». M. Ai a ajouté que les accusés n’avaient pas eu droit à un procès équitable. Le procès de 5 jours se tenait à huis-clos. Leur avocat Nguyen Huong Que, qui a été désigné par la Cour, a acquiescé sans discussion aux peines réclamées par le ministère public, et a déclaré que « les peines étaient appropriées ».

Le groupe non-violent, connu sous le nom de « Conseil Bia Son pour la loi et les affaires publiques », s’occupait d’une société d’éco-tourisme à Da Bia, dans la province de Phu Yen. Il avait signé un contrat avec les autorités locales pour des activités de protection de l’environnement et de reforestation. Les membres de ce groupe croyaient aux prophéties de Nguyen Binh Khiem, un oracle du XVIème siècle, sorte de Nostradamus vietnamien, et rêvaient de construire une nouvelle « Utopie » où la science, la nature et l’humanité seraient en harmonie. Ils avaient organisé des conférences et produit des prospectus pour répandre leurs croyances. Selon les rapports faits dans la presse officielle, le groupe comptait plusieurs centaines de membres et des sections dans plusieurs provinces du centre et du sud du pays.

Arrêtés en février 2012, les 22 accusés avaient tout d’abord été accusés d’avoir « abusé des libertés démocratiques pour nuire aux intérêts de l’État » (article 258 du Code pénal) qui prévoit au maximum sept ans de prison. Au mois d’avril, l’inculpation est devenue la « subversion » qui est passible de peines allant jusqu’à la perpétuité et la peine capitale. L’ONU a dénoncé de façon répétée l’article 79, qui ne fait pas de distinction entre les actes violents et l’exercice pacifique de la liberté d’expression.

Selon le quotidien officiel Saigon Giai Phong (Libération de Saigon), le groupe « avait choisi la méthode non-violente » pour « essayer de gagner la confiance des masses contre le leadership du Parti et de l’Etat ».

« Dans la plupart des pays, cela s’appelle la démocratie », a dit Vo Van Ai. « Au Vietnam, c’est de la subversion. Le Vietnam adhère en façade aux traités de l’ONU relatifs aux droits de l’Homme, mais dans l’arrière-cour, continue à fouler aux pieds les droits de ses citoyens ».

Les membres de ce groupe sont : Phan Van Thu (65 ans), Tu Thien Luong (63), Tran Quan (29), Le Duc Dong (30), Nguyen Thai Binh (27), Le Duy Loc (57), Le Phuc (62), Vo Thanh Le (58), Nguyen Ky Lac (62), Vuong Tan Son (60), Vu Ngoc Cu (62), Doan Dinh Nam (62), Vo Tiet (61), Nguyen Dinh (45), Doan Van Cu (51), Phan Thanh Y (65), Do Thi Hong (56), Tran Phi Dung (47 ans), Le Trong Cu (47), Phan Thanh Tuong (26), Ta Khu (66 and Luong Nhat Quang (26).

This post is also available in: Anglais

Check Also

La société civile appelle le Parlement Européen à ne pas ratifier l’Accord de Libre-échange UE-Vietnam sans garantie sérieuse pour les droits de l’Homme

BRUXELLES, 3 décembre 2019 (VCHR) – Lors de la conférence sur “les droits de l’Homme …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *