Home / Actualités / Communiqué de presse / VCHR / Hanoi échoue à bâillonner la liberté d’expression des ONG aux Nations Unies

Hanoi échoue à bâillonner la liberté d’expression des ONG aux Nations Unies

Download PDF

Le Comité Vietnam pour la Défense des Droits de l’Homme a accueilli très chaleureusement la décision prise par le Conseil Economique et Social des Nations Unies (ECOSOC) depuis le siège de l’ONU à New York, le vendredi 23 juillet 2004, et rejetant la recommandation du Vietnam de suspendre le statut consultatif du Parti Radical Transnational (TRP), organisation non-gouvernementale basée en Italie. Si cette recommandation avait été adoptée, le TRP aurait été banni des Nations Unies pour une période 3 ans, la suspension maximale pour une ONG.

La suspension du TRP avait été demandée depuis avril 2002 par le gouvernement vietnamien qui se plaignait de ce que le TRP avait accrédité M. Kok Ksor, Président de la Montagnard Foundation, pour s’exprimer devant la Commission des Droits de l’Homme de l’ONU à Genève. Le Vietnam avait accusé Kok Ksor de s’être engagé dans des « activités terroristes et séparatistes » à la suite de ses rapports sur la répression de la minorité ethnique des Montagnards sur les Hauts-Plateaux du Centre. Une intense campagne de dénigrement contre Kok Ksor et le TRP avait suivi dans la presse officielle vietnamienne et les forums internationaux.

Le 21 mai 2004, avec le soutien de pays comme la Chine, Cuba, la Russie, l’Iran, le Soudan, le Pakistan, la Côte d’Ivoire ou le Zimbabwe, l’initiative vietnamienne aboutissait au vote à une voix près de la suspension du TRP par le Comité des ONG, organe subsidiaire de l’ECOSOC de 19 membres. Cependant cette première décision devait être ratifiée par l’ECOSOC (54 membres) lors de sa session plénière cette semaine. Le vote définitif a eu lieu ce vendredi, dans l’après-midi, heure de New York. Durant le débat, l’ambassadeur des Pays-Bas, parlant au nom des 25 de l’Union Européenne, a apporté son ferme soutien au TRP, défendant le droit de toute ONG de rapporter au sein de l’ONU les violations des droits de l’Homme : « Aucune organisation ne doit voir son statut consultatif suspendu juste pour avoir attiré l’attention du Haut-Commissaire aux Droits de l’Homme de l’ONU sur des violations des droits de l’Homme, spécialement en matière de peuples indigènes et de liberté religieuse ». La recommandation du Vietnam a été rejetée par 22 votes, contre 20, 11 abstentions et 1 absence.

« C’est la seconde fois en une semaine que la communauté internationale signifie fermement au Vietnam qu’il ne peut continuer à violer les droits de l’Homme et réprimer les critiques en toute impunité » a commenté Vo Van Ai, Président du Comité Vietnam pour la Défense des Droits de l’Homme, basé à Paris. « Mardi dernier, la Chambre des Représentants américaine a adopté le Vietnam Human Rights Act qui conditionne l’aide américaine aux progrès mesurables des droits de l’Homme au Vietnam. Aujourd’hui, l’ECOSOC a repoussé les tentatives du Vietnam de bâillonner les ONG aux Nations Unies ». M. Ai a ajouté : « Le Vietnam doit cesser de violer de manière aussi flagrante la liberté religieuse et les droits de l’Homme, en commençant par libérer le dissident Nguyen Dan Que qui doit être jugé le 29 juillet prochain, ainsi que le Patriarche de l’Eglise Bouddhique Unifiée du Vietnam Thich Huyen Quang et son adjoint, le Vénérable Thich Quang Do, tous deux détenus incommunicado depuis octobre 2003, respectivement dans le Monastère Nguyen Thieu (province de Binh Dinh) et dans le Monastère Zen Thanh Minh (Ho Chi Minh Ville) sans aucune justification ou charge. Ces éminents dignitaires de l’EBUV ont tous deux passé plus de 20 ans chacun en détention pour s’être fait les avocats de la démocratie et des droits de l’Homme ».

Le TRP s’est fréquemment engagé pour la libération des prisonniers politiques et religieux au Vietnam. En juin 2001, Olivier Dupuis, alors député européen et secrétaire général du TRP, avait fait un sit-in pacifique devant le monastère de Thich Quang Do pour demander la libération des dignitaires de l’EBUV et appeler à la liberté religieuse et aux droits de l’Homme au Vietnam. Il avait été arrêté et expulsé par les autorités vietnamiennes.

Check Also

La société civile appelle le Parlement Européen à ne pas ratifier l’Accord de Libre-échange UE-Vietnam sans garantie sérieuse pour les droits de l’Homme

BRUXELLES, 3 décembre 2019 (VCHR) – Lors de la conférence sur “les droits de l’Homme …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *