Home / Actualités / Communiqué de presse / VCHR / La Police harcèle et intercepte les bonzes et fidèles de l’EBUV pour empêcher les célébrations de la Journée de la Mémoire à Hué

La Police harcèle et intercepte les bonzes et fidèles de l’EBUV pour empêcher les célébrations de la Journée de la Mémoire à Hué

Download PDF

PARIS, 5 décembre 2015 (COMITÉ VIETNAM) – Les Bouddhistes de la ville de Hué (Centre du Vietnam) viennent denvoyer un rapport urgent au Comité Vietnam pour la Défense des Droits de lHomme (CVDDH) sur les harcèlements et autres actes dintimidation commis par la police à lencontre des bonzes, nonnes et laïcs de lEglise Bouddhique Unifiée du Vietnam (EBUV) pour les empêcher dorganiser la commémoration de la Journée de la Mémoire à la Pagode Long Quang, siège de lInstitut Exécutif (Viện Hóa Đạo) de lEBUV, prévue le vendredi 4 décembre 2015.

Cette Journée de la Mémoire est lun des événements clé du calendrier bouddhique vietnamien, où sont honorés les pères-fondateurs du Bouddhisme vietnamien et tous ceux qui ont sacrifié leur existence pour le développement du Bouddhisme depuis 2000 ans. Cest la deuxième année consécutive que la police réprime ces célébrations traditionnelles à Hué. Dans son rapport, Lê Công Cầu, Secrétaire-général de Viện Hóa Đạo et Directeur du Mouvement Bouddhiste de la Jeunesse cite les incidents suivants:

– Depuis plusieurs jours, dans la ville de Danang, les autorités locales, la Sécurité, les cadres religieux et ceux de la Défense civile (la police en civil) se sont invités de manière répétée à la Pagode Giác Minh où réside le Vénérable Thích Thanh Quang, Président par interim du Viện Hóa Đạo, pour le menacer de représailles dans le cas où il se rendrait à Hué pour loccasion. Le 2 décembre, un ordre officiel a été émis pour lui interdire de quitter la Pagode Giác Minh, pour installer une surveillance policière du lieu et pour bloquer avec les véhicules de la police toutes les voies et routes accédant à la pagode. Cela fait plus de 5 ans que toute cérémonie bouddhique dimportance est systématiquement interdite à la Pagode Giác Minh.

– A Thua Thien Hué, les dirigeants du Mouvement Bouddhiste de la Jeunesse (Gia đình Phật tử Việt Nam) de lEBUV des districts de Phú Vang, Phú Lọc, Quảng Điền ont été convoqués pour interrogatoire par la police et interdits dassister aux célébrations de la Journée de la Mémoire. A Phú Vang, la police a ordonné aux dignitaires en charge des scouts bouddhistes de 6 à 13 ans (les “Loriots dOr”, équivalents des Louveteaux et des Louvettes) dinformer les parents quil était strictement interdit aux enfants de participer à lévénement.

Lê Công Cầu a indiqué que cétait la deuxième fois en lespace de trois mois que le Vietnam interdisait les activités religieuses des jeunes Bouddhistes. Au mois de septembre, la police avait intercepté les enfants sur le chemin du Camp de la Jeunesse à la Pagode Long Quang à Hué, à loccasion du Festival du Vu Lan. Pour ne pas être pris, de nombreux enfants sétaient cachés derrière les dunes le long de la Route Nationale n°1 en attendant dattraper les bus pour Hué. Mais pourchassés par la police, ils avaient dû se réfugier dans les maisons alentours. Finalement capturés, ils avaient été renvoyés chez eux et menacés davoir de mauvaises notes à lécole voire dêtre expulsés de lécole. En dépit des harcèlements policiers, quelques 300 «Loriots dOr» et leurs enseignants avaient pu franchir tous les obstacles et participer au Camp, qui est un des principaux rassemblements de la Jeunesse Bouddhiste.

– Depuis le 1er décembre, les policiers et les cadres locaux se rendent systématiquement dans toutes les sections locales de lEBUV et du Mouvement de la Jeunesse, ainsi que dans les maisons des Bouddhistes de la région de Hué, pour signifier linterdiction de participer à la Journée de la Mémoire sous le prétexte que la Pagode Long Quang abrite des « mauvais éléments réactionnaires » qui agissent sous le nom de lEBUV pour « saper et sopposer au gouvernement socialiste ». Dans le village de Hương Thủy, le chef de la Jeunesse Bouddhiste locale Nguyễn Tất Trực était tellement exaspéré par ces visites, menaces et harcèlements continuels de la police quil a accroché à sa porte linscription « Plus aucune visite ! ». Il est actuellement sous létroite surveillance de la police.

Lê Công Cầu est lobjet de la part de la police de harcèlements, de menaces et dune surveillance accrue depuis plus dun mois, et cela a un rapport direct avec la Journée de la Mémoire. Les 14 et 26 novembre derniers, la police municipale avait publiquement averti quelle interdirait le rassemblement à loccasion de la Journée de la Mémoire de lEBUV et avait même menacé demployer la violence. Elle accusait lEBUV dutiliser ces célébrations pour tenir son Congrès national. Le 1erdécembre, la police a formellement assigné Lê Công Cầu à résidence jusquau 4 décembre, cest-à-dire jusquà la fin de la commémoration. La Sécurité sest immédiatement postée devant son domicile pour lempêcher de partir et intercepter tout visiteur.

– Lê Công Cầu a également rapporté que la police avait fait évacuer tout le personnel de la Pagode Long Quang (comme par exemple les ouvriers qui travaillaient à construire une nouvelle cuisine) les 3 et 4 décembre.

En dépit de toutes ces menaces et de tous ces obstacles, les bonzes, nonnes et laïcs bouddhistes, ainsi que les dirigeants du Mouvement Bouddhiste de la Jeunesse du Sud et du Centre du Vietnam (Saigon, province de An Giang, Binh Thuan, Dong Nai, Khanh Hoa) ont réussi à échapper aux interceptions de la police et à participer à la Journée de la Mémoire à la Pagode Long Quang à Hué.

Le Comité Vietnam pour la Défense des Droits de lHomme (CVDDH) condamne fermement cette nouvelle répression contre lEBUV et son mouvement éducatif pour la jeunesse. Bien que la police prétende quil sagit dune « organisation illégale », lEBUV na jamais été formellement interdite par les autorités communistes. Ses membres sont par conséquent légitimement en droit de poursuivre des activités religieuses non-violentes comme le garantit la Constitution vietnamienne.

« Cette répression contre un rassemblement bouddhiste pacifique montre que la politique vietnamienne sur la religion ou la croyance est en trompe-lœil » a dit Vo Van Ai, Président du Comité Vietnam pour la Défense des Droits de lHomme. « Le Vietnam est en train de débattre à lAssemblée Nationale dune loi sur la « Croyance et la Religion ». Si celle-ci est adoptée en létat, elle accroîtra le contrôle du gouvernement sur les activités religieuses et criminalisera les activités des communautés religieuses indépendantes et non-enregistrées comme lEBUV ».

Le CVDDH en appelle à la communauté internationale pour presser le Vietnam de respecter ses obligations en tant quEtat partie au Pacte international relative aux droits civils et politiques, et en particulier pour soulever ces cas de violations de la liberté religieuse lors des dialogues avec le Vietnam sur les droits de lHomme ou de tout autre rencontre diplomatique.

Check Also

La Présidente de Taïwan Tsai Ing-wen avec les participants du TIRFF

Le VCHR présente la situation déplorable de la liberté religieuse au Vietnam devant le Forum de la Liberté Religieuse Internationale de Taiwan (TIRFF)

PARIS, 8 juin 2019 (VCHR) – Le Secrétaire Exécutif du Comité Vietnam pour la Défense …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *