Home / Actualités / Communiqué de presse / VCHR / Le Comité Vietnam pour la défense des Droits de l’Homme dénonce la répression contre la liberté d’expression sur internet et la liberté religieuse ainsi que les conditions de détention déplorables des prisonniers politiques au Vietnam

Le Comité Vietnam pour la défense des Droits de l’Homme dénonce la répression contre la liberté d’expression sur internet et la liberté religieuse ainsi que les conditions de détention déplorables des prisonniers politiques au Vietnam

Download PDF

GENÈVE, 17 septembre 2013 (COMITÉ VIETNAM) – S’exprimant avec l’organisation Agir Ensemble pour les Droits de l’Homme (AEDH), Vo Van Ai, Président du Comité Vietnam pour la Défense des Droits de l’Homme, a dénoncé devant le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU la répression croissante contre la liberté d’expression au Vietnam, l’adoption du décret 72 sur l’internet, les conditions de détention déplorables des prisonniers politiques, ainsi que les persécutions contre toutes les religions (Bouddhistes, les Catholiques, les Cao Dai, les Hoa Hao et les Protestants) et l’incarcération sans justification dans une pagode-prison de Thich Quang Do, chef de l’Eglise Bouddhique Unifiée du Vietnam et nominé pour le Prix Nobel de la Paix 2013.

Vo Van Ai  
Vo Van Ai
 

Cette dénonciation intervient alors que l’Assemblée générale de l’ONU s’apprête à élire les nouveaux membres du Conseil des Droits de l’Homme, auquel le Vietnam est candidat ; et que le Vietnam a condamné, un nouvel opposant à 15 ans de prison. C’est le 49ème pour la seule année 2013, un record jamais atteint depuis de nombreuses années.

Texte intégral de l’intervention de Vo Van Ai devant le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU :

« Agir Ensemble pour les Droits de l’Homme et son partenaire, le Comité Vietnam pour la Défense des Droits de l’Homme, sont très préoccupés par la répression croissante contre les blogueurs, défenseurs des droits de l’Homme et militants pro-démocratie au Vietnam, en violation de l’article 19 du Pacte sur la liberté d’expression. Cette année, au moins 49 personnes ont été arrêtées et condamnées sur la base des lois sur la « sécurité nationale » et sur l’« abus des libertés démocratiques », qui sont incompatibles avec le Pacte et que la communauté internationale a maintes fois demandé de réviser, en vain.

« Le décret 72 sur l’internet, entré en vigueur début septembre, criminalise et interdit des comportements aux intitulés vagues, qui ne sont que l’exercice légitime et pacifique de la liberté d’expression. Il prohibe, en outre, de parler d’actualité sur les sites et blogs personnels et sur les réseaux sociaux comme Facebook.

« Les conditions de détention au Vietnam sont très en dessous de l’Ensemble de règles minima pour le traitement des détenus de l’ONU. Clairement identifiés par un uniforme distinctif, les prisonniers politiques souffrent de graves discriminations. Les soins médicaux leur sont refusés, y compris pour les plus malades comme le prisonnier Nguyen Huu Cau, la défendeuse des droits de l’Homme Do Thi Minh Hanh ou la bouddhiste Hoa Hao Mai Thi Dung. En outre, les rations alimentaires sont largement insuffisantes et sans argent pour se payer un complément, on ne peut survivre. En juin dernier, le blogueur Dieu Cay a fait une grève de la faim de 35 jours, et les prisonniers politiques se sont soulevés dans les camps de Xuan Loc et de Phu Yen en protestation contre ces conditions.

« En violation de l’article 18 du Pacte, la liberté religieuse reste largement bafouée dans un pays où les religions sont les dernières voix d’une société civile organisée. Les Bouddhistes, les Catholiques, les Cao Dai, les Hoa Hao et les Protestants subissent continuellement harcèlements, violences, arrestations et détentions arbitraires. Depuis 2003, Thich Quang Do, chef de l’Eglise Bouddhique Unifiée du Vietnam, est détenu dans sa pagode-prison à Ho Chi Minh Ville sans justification. Bien que le Vietnam le nie, les ambassadeurs américain et australien, qui l’ont visité, ont constaté cette détention.

« Nous demandons donc au Conseil de presser le Vietnam de fixer une date pour la visite au Vietnam du Rapporteur spécial sur la liberté religieuse ; d’inviter les Rapporteurs spéciaux sur la liberté d’expression et sur les défenseurs des droits de l’Homme ; et de réviser ou abroger les dispositions du Code pénal sur la « sécurité nationale », en particulier les articles 79, 80, 87, 88 et 258. »

– Le 11 septembre dernier, M. Vo Van Ai avait pu s’exprimer plus longuement sur la répression contre les blogueurs et cyberdissidents vietnamien lors d’un briefing, organisé au Palais des Nations par la FIDH et le Comité Vietnam, intitulé « Criminalisation de l’expression légitime sur internet : Témoignages du vietnam, de Thaïlande et du Cambodge ». A cette conférence soutenue par les organisations IFEX, Article 19, PEN International et Human Rights Watch, sont également intervenues Mme Sukanya “Joop” Prueksakasemsuk, épouse du journaliste thaïlandais Somyot Prueksakasemsuk emprisonné, et Mme Ramana Sorn du Cambodian Center for Human Rights. Le blogueur vietnamien Nguyen Bac Truyen a apporté un témoignage depuis le Vietnam grâce à un enregistrement audio.

Le blogueur Nguyen Bac Truyen a fourni un témoignage de première main sur les harcèlements et les passages à tabac par la police secrète et des voyous à leur solde, et l’intensification de la répression contre militants pro-démocratie et les cyberdissidents.

« Depuis que le Président Truong Tan Sang est revenu de sa visite chez le Président Obama aux Etats-Unis à la fin du mois de juillet 2013, la répression gouvernementale est entrée dans une nouvelle phase, plus violente. Les blogueurs et les militants sont directement visés. La police secrète nous brutalisent et nous intimident ouvertement. Rien ne les arrête pour terroriser et réprimer les défenseurs des droits de l’Homme, les blogueurs et les dissidents vietnamiens ».

Il a appelé la communauté internationale à « prendre en compte la situation des blogueurs et des militants pro-démocratie au Vietnam. Il est urgent que vous pressiez les autorités communistes du Vietnam de mettre fin aux violations des droits de l’Homme et de respecter leurs obligations internationales de garantir la liberté et les droits de l’Homme ».

Check Also

La Présidente de Taïwan Tsai Ing-wen avec les participants du TIRFF

Le VCHR présente la situation déplorable de la liberté religieuse au Vietnam devant le Forum de la Liberté Religieuse Internationale de Taiwan (TIRFF)

PARIS, 8 juin 2019 (VCHR) – Le Secrétaire Exécutif du Comité Vietnam pour la Défense …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *