Home / Actualités / Revue de presse / AFP : Prochain procès d’un moine bouddhiste dissident kidnappé au Cambodge

AFP : Prochain procès d’un moine bouddhiste dissident kidnappé au Cambodge

Download PDF

 

AFP - Agence France Presse - http://www.afp.com Agence France Presse


 

HANOI, 8 août 2003 (AFP) – Deux organisations des droits de l’Homme ont condamné vendredi le gouvernement vietnamien pour la détention d’un moine bouddhiste dissident qui, selon elles, a été enlevé au Cambodge et doit être prochainement jugé au Vietnam.

Après une année sans nouvelle de Thich Tri Luc, un militant des droits de l’Homme de longue date, sa famille a reçu le mois dernier une convocation du tribunal de Ho Chi Minh-Ville pour assister à son procès le 1er août.

Les accusations contre le dissident n’étaient pas précisées, mais le procès a été reporté à une date ultérieure, selon la Fédération internationale des droits de l’Homme (FIDH) et le Comité des droits de l’Homme Vietnam basé à Paris.

Aucune nouvelle date de procès n’a été fixée et sa famille ne sait pas où il est détenu actuellement, selon les organisations qui appellent à sa libération immédiate.

Dans une lettre ouverte aux dirigeants vietnamiens, les deux organisations ont déclaré qu’elles étaient soulagées de savoir que Thich Tri Luc, 49 ans, était vivant, mais qu’elles étaient « profondément choquées qu’il ait été rapatrié de force, au mépris de son statut de réfugié ».

Le président de la FIDH Sidiki Kaba et Vo Van Ai, président de la seconde organisation et du Bureau d’information bouddhiste international, ont « fortement condamné » la détention illégale du moine sans aucune notification à sa famille.

Ils ont aussi exprimé leur grande préoccupation à propos du fait que le procès de Thich Tri Luc ne serait pas conforme aux normes internationales parce qu’il n’avait pas été autorisé à rencontrer son avocat.

Les autorités vietnamiennes n’ont pas pu être contactées pour réagir à ces informations.

Le moine, dont le nom civil est Pham Van Tuong, a été enlevé et rapatrié de force au Vietnam en juillet de l’an dernier après avoir cherché asile au Cambodge, selon la même source.

Membre de l’Eglise bouddhiste unifiée du Vietnam, interdite, Thich Tri Luc avait fui son pays en avril 2002 et avait reçu le 28 juin le statut de réfugié du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés.

Il était sous la protection des Nations unies quand des inconnus sont arrivés dans sa maison dans la nuit du 25 juillet et l’on emmené en voiture.

ben/mfc/tj

Check Also

Opinion Internationale : Droits de l’homme au Vietnam : la contestation fait doucement son chemin

      Drapeau vietnamien pendant une manifestation (flickr/sarah goldsmith)   OPINION INTERNATIONALE (25 juillet …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *