Home / Actualités / Le Congressman Alan Lowenthal et la Vice-Présidente de USCIRF Kristina Arriaga adoptent le Patriarche bouddhiste Thích Quảng Độ comme Prisonnier de Conscience

Le Congressman Alan Lowenthal et la Vice-Présidente de USCIRF Kristina Arriaga adoptent le Patriarche bouddhiste Thích Quảng Độ comme Prisonnier de Conscience

Download PDF

 

PARIS, le 12 avril 2018 (VCHR) – Le membre du Congrès américain Alan Lowenthal et la Vice-Présidente de la Commission américaine sur la Liberté Religieuse Internationale (USCIRF) Kristina Arriaga ont annoncé qu’ils adoptent officiellement le Très Vénérable Thích Quảng Độ, Patriarche de l’Église Bouddhique Unifiée du Vietnam (EBUV) comme prisonnier de conscience dans le cadre du « Defending Freedoms Project » de la Commission des Droits de l’Homme Tom Lantos du Congrès américain. Cette annonce a été postée sur les sites internet de la Commission des Droits de l’Homme et de la USCIRF.

Le Defending Freedoms Project a été créé en 2012 par la Commission des Droits de l’Homme Tom Lantos, la USCIRF et une coalition d’importantes ONG de défense des droits de l’Homme afin attirer l’attention sur les violations des droits humains. Les membres du Congrès sont invités à défendre les prisonniers de conscience où qu’ils se trouvent. En adoptant un prisonnier, les membres du Congrès peuvent ainsi contribuer à sa libération, la réduction de sa peine de prison ou à l’amélioration de ses conditions de détention tout en soulevant la question des lois et politiques iniques qui ont mené à cette emprisonnement.

 

Le Patriarche de l’EBUV Thích Quảng Độ et le Congressman Alan Lowenthal lors de sa visite au Vietnam en 2015
Le Patriarche de l’EBUV Thích Quảng Độ et le Congressman Alan Lowenthal lors de sa visite au Vietnam en 2015

 

« Le Patriarche a souffert de décennies d’oppression et d’emprisonnement pour rien de plus que s’être élevé pour le droit universel à la liberté religieuse. Je suis fier d’être son défenseur et je continuerai à me battre pour sa libération », a dit le Représentant démocrate Lowenthal, élu de « Little Saigon » en Californie, l’une des plus grandes communautés vietnamiennes aux États-Unis. En 2015, Alan Lowenthal avait rendu visite à Thích Quảng Độ lors d’un voyage au Vietnam. Il a récemment pressé l’ambassadeur américain au Vietnam Dan Kritenbrink de pousser les autorités vietnamiennes à le libérer.

 

La Vice-Présidente de la USCIRF Kristina Arriaga témoignant lors de l’audition au Congrès américain sur le « Defending Freedoms Project », le 15 février 2018
La Vice-Présidente de la USCIRF Kristina Arriaga témoignant lors de l’audition au Congrès américain sur le « Defending Freedoms Project », le 15 février 2018

 

La Vice-Présidente Kristina Arriaga, qui s’exprimera sur la situation de Thích Quảng Độ lors du 20e Anniversaire de la USCIRF à Washington DC, la semaine prochaine, a souligné la nécessité d’améliorer la situation de la liberté de religion ou de conviction au Vietnam : « Si le Vietnam veut faire partie de la communauté, il ne doit pas traiter la liberté religieuse comme le parent pauvre de la famille des droits de l’Homme. Sans liberté religieuse, aucun autre droit n’existe ».

Le Très Vénérable Thích Quảng Độ, Cinquième Patriarche de l’EBUV (Église historique et indépendante) est assigné à résidence sans charges dans le Monastère Zen Thanh Minh à Ho Chi Minh Ville (Saigon). Il est sous la surveillance constante de la police et les droits basiques de citoyen lui sont déniés. Érudit reconnu, dissident 16 fois proposés pour le Prix Nobel de la Paix, Thích Quảng Độ a passé plus de trois décennies en détention pour s’être fait l’avocat de la liberté religieuse, des droits de l’Homme et de la démocratie. Il a reçu le « Democracy Courage Tribute » du Mouvement Mondial pour la Démocratie et le Prix de la Fondation norvégienne Rafto pour son rôle de « force unificatrice » et de « symbole du mouvement démocratique grandissant » au Vietnam.

L’adoption de Thích Quảng Độ, le plus ancien prisonnier de conscience au Vietnam, est un rayon de lumière bienvenu dans le contexte actuel d’escalade de la répression contre les libertés d’expression, de religion et de réunion pacifique au Vietnam. Sept membres de la Fraternité pour la Démocratie viennent d’être condamnés à des peines allant de 7 à 15 ans d’emprisonnement pour leurs actions non-violentes en faveur des droits de l’Homme. On estime à environ 130 le nombre de prisonniers de conscience au Vietnam.

 

 

 

This post is also available in: Anglais Vietnamien

Check Also

Le Patriarche de l’EBUV Thích Quảng Độ est expulsé du Monastère Zen Thanh Minh

  PARIS, 8 octobre 2018 (BIIB – VCHR) – Le Bureau International d’Information Bouddhiste (BIIB) …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *