Home / Actualités / Le Secrétaire d’Etat adjoint américain Tom Malinowski rend visite au Patriarche bouddhiste Thich Quang Do

Le Secrétaire d’Etat adjoint américain Tom Malinowski rend visite au Patriarche bouddhiste Thich Quang Do

Download PDF

PARIS, 6 août 2015 (BIIB) – M. Tom Malinowski, Secrétaire d’Etat adjoint américain à la démocratie, aux droits de l’Homme et au travail, s’est rendu au Monastère Zen Thanh Minh à Ho Chi Minh Ville pour rencontrer l’éminent dissident et Patriarche de l’Eglise Bouddhique Unifiée du Vietnam (EBUV) Thich Quang Do qui sy trouve assigné à résidence. La Consule générale Rena Bitter, l’Assistant spécial de M. Malinowski Roney Hunter et le Chef de la Section politique du Consulat américain à Ho Chi Minh Ville Charles Sellers l’accompagnaient.

La rencontre a eu lieu mercredi matin (5 août) et a duré plus dune heure. Le Patriarche de l’EBUV Thich Quang Do a confié au Directeur du Bureau International d’Information Bouddhiste (BIIB) Vo Van Ai que l’entretien a été très ouvert et cordial. Il a demandé au BIIB de ne pas rendre public tous les détails de la discussion, mais a dit qu’il y avait exprimé ses préoccupations sur un large éventail de questions comme la liberté religieuse, le développement, les droits de l’Homme et la démocratisation du Vietnam. Le Patriarche Thich Quang Do, aujourd’hui âgé de 87 ans, a informé M. Malinowski de la répression systématique par le gouvernement à l’encontre de l’EBUV depuis plus de 40 ans, faisant état des harcèlements, des actes d’intimidation, des agressions et de l’étroite surveillance des bonzes, nonnes et laïcs bouddhistes. Il a également décrit sa propre situation où, assigné à résidence sans charge au Monastère Zen Thanh Minh, il est sous la surveillance permanente dune « police pas si secrète » et privé de ses droits de voyager ou de communiquer librement.

Le Patriarche Thich Quang Do avec le Secrétaire dEtat adjoint Tom Malinowski et la Consule Générale Rena Bitter
Le Patriarche Thich Quang Do avec le Secrétaire dEtat adjoint Tom Malinowski et la Consule Générale Rena Bitter

 

Le Patriarche Thich Quang Do a entre autre expliqué à M. Malinowski que le Vietnam réprime l’EBUV parce qu’il a peur de tout ce qu’il ne peut pas contrôler. Il a toutefois précisé que cette politique ne pouvait quéchouer car « le Bouddhisme est présent au Vietnam depuis 2000 ans. Il fait partie de la psyché des gens, de leur culture, de leur identité profonde. Le Bouddhisme était là avant que ce régime ne prenne le pouvoir et sera encore là quand il aura disparu ».

Le régime de Hanoi ne devrait pas avoir peur, a dit Thich Quang Do, il devrait plutôt « accepter le pluralisme sans crainte. Le diversité est un trésor, pas une menace ». Il a précisé que l’EBUV n’était pas l’ennemi du Vietnam : « Nous aimons notre pays (…) si nous revendiquons la liberté d’expression, de religion, d’assemblée et d’association, ce nest pas parce que nous sommes des « forces hostiles » qui tentent de miner le régime, mais bien parce que nous avons la conviction que les droits de l’Homme sont des bases sur lesquelles nous pourrons construire une société prospère et attentionnée, fondée sur le respect mutuel et l’Etat de droit. Nous croyons que chacun devrait avoir le droit de choisir sa propre destinée et de participer à la détermination du futur de son pays ».

Tout en se félicitant du renforcement des relations entre les Etats-Unis et le Vietnam, il a pressé M. Malinowski de s’assurer que l’Amérique continue de faire des droits de l’Homme la pierre angulaire de ces relations. « Cela vous donnera un véritable levier pour aider le Vietnam à prendre la route des réformes. Beaucoup de pays ne parlent des droits de l’Homme que du bout des lèvres pour retourner au plus vite au « business as usual » avec le régime communiste. Je fais confiance aux Etats-Unis et ne crois pas qu’ils suivront cette voie ».

Lê Công Cầu, chef du Mouvement Bouddhiste de la Jeunesse et Secrétaire général de l’Institut Exécutif (Viện Hòa Đạo) de l’EBUV , avait été invité par Thich Quang Do à se joindre à cette rencontre. Cependant, alors qu’il se préparait à quitter son domicile à Huế, le 4 août, il a été intercepté par la Sécurité vietnamienne et assigné à résidence. Les policiers lui ont interdit de se rendre à Saigon et plus spécifiquement de participer à la rencontre avec la délégation américaine. Ils l’ont informé qu’il retrouverait sa liberté lorsque M. Malinowski aurait quitté le Vietnam. Lê Công Cầu a écrit une lettre à l’ambassadeur américain Ted Osius, à Hanoi, appelant les Etats-Unis à protester contre ces exactions et à rester attentif à la situation de l’EBUV qui demeure hors-la-loi.

 

 

This post is also available in: Anglais Vietnamien

Check Also

Le Vietnam empêche la société civile de surveiller la mise en œuvre de l’Accord de libre-échange UE-Vietnam et incarcère deux de ses leaders

PARIS, 8 juillet 2021 (VCHR) – À quelques semaines du premier anniversaire de l’Accord de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *