Home / Actualités / Le VCHR présente la situation déplorable de la liberté religieuse au Vietnam devant le Forum de la Liberté Religieuse Internationale de Taiwan (TIRFF)

Le VCHR présente la situation déplorable de la liberté religieuse au Vietnam devant le Forum de la Liberté Religieuse Internationale de Taiwan (TIRFF)

Download PDF

PARIS, 8 juin 2019 (VCHR) – Le Secrétaire Exécutif du Comité Vietnam pour la Défense des Droits de l’Homme (VCHR) Võ Trần Nhật a présenté la situation déplorable de la liberté de religion ou de conviction au Vietnam au Forum de la Liberté Religieuse Internationale de Taiwan (Taiwan International Religious Freedom Forum, TIRFF), organisée du 29 mai au 1er juin 2019 dans la ville de Hsinchu, près de Taipei.

La Présidente de Taïwan Tsai Ing-wen avec les participants du TIRFF
La Présidente de Taïwan Tsai Ing-wen avec les participants du TIRFF

Ce Forum rassemblait des leaders politiques et religieux, des parlementaires, des experts de haut niveau de la liberté religieuse ainsi que des militants de la société civile internationale venus de 26 pays différents, afin de « Relever le Défi » des persécutions religieuses dans le monde, en Asie en particulier. La Présidente de Taiwan Tsai Ing-wen et son Vice-Président Chen Chien-jen sont venus apporter en personne leur soutien aux travaux du TIRFF, et le tout premier Ambassadeur Extraordinaire pour la Liberté Religieuse taïwanais Pusin Tali a activement participé aux débats. C’est la première fois en Asie qu’un tel Ambassadeur Extraordinaire est nommé.

Déplorant les graves persécutions religieuses au Vietnam, Võ Trần Nhật a attiré l’attention sur l’Église Bouddhique Unifiée du Vietnam (EBUV, Église historique et indépendante) qui, interdite de fait, subit une répression sournoise, brutale et quotidienne, et sur la situation tragique de son Patriarche, le Très Vénérable Thích Quảng Độ qui a passé plus de 36 ans en prison, exil intérieur et résidence surveillée sans autre raison que son engagement pacifique pour la liberté de religion ou de conviction, les droits de l’Homme et la démocratie. Võ Trần Nhật a dit que l’État vietnamien devrait lever toutes les restrictions à son égard et s’engager expressément à garantir toutes ses libertés fondamentales.

Võ Trần Nhật a également appelé à la libération des prisonniers religieux et politiques détenus au Vietnam, en particulier Phan Văn Thu (71 ans) et Đoàn Đình Nam (67 ans) dont l’état de santé s’est très fortement dégradé du fait des mauvaises conditions de détention et du manque de soins médicaux.

Phan Văn Thu avait été condamné à la détention perpétuelle pour « activités visant à renverser le gouvernement » le 4 février 2013, lors d’un procès collectif où 21 autres personnes de son groupe avaient été condamnées à un total de 295 ans d’emprisonnement et 105 ans de résidence surveillée (dont Đoàn Đình Nam condamné à 16 ans de prison). Ce groupe, connu sous le nom du “Conseil Bia Son pour le Droit et les Affaires Publics” (Hội đồng công luật công án Bia sơn), avait créé dans la province de Phú Yên un parc d’éco-tourisme qui se voulait une utopie conforme aux prophéties d’un oracle du XVIe siècle et diffusait ses croyances en organisant des conférences ou en distribuant des tracts. La presse officielle les avait accusés d’« essayer de gagner la confiance des masses contre la direction du Parti et de l’État » en « choisissant la méthode de la non-violence ».

Võ Trần Nhật s’exprimant devant le TIRFF
Võ Trần Nhật s’exprimant devant le TIRFF

Plus généralement, au cours de son intervention, Võ Trần Nhật a dénoncé la politique religieuse du Vietnam où « le gouvernement et le Parti Communiste considèrent les religions comme un outil entre leurs mains ». Il a pris l’exemple de la célébration dans ce pays de la Journée internationale du Vesak 2019 (anniversaire du Bouddha), en mai dernier. Cet événement illustre en effet parfaitement le double langage du Vietnam qui d’un côté cherche à légitimer le Bouddhisme d’État et de l’autre réprime sans le moindre scrupule les religieux et les croyants, au premier chef l’EBUV. « Ironiquement, la région de Ba Sao (où se tenait le Vesak) est un lieu symbolique. On y trouve la ‘plus grande pagode du monde’ mais également un célèbre camp de prisonniers où ont été ou sont détenus nombre de prisonniers politiques ou religieux », a-t-il constaté.

Cette année, le Vesak a en outre été marqué par une polémique qui a largement dépassé la communauté bouddhiste vietnamienne. Elle a été provoqué par la présentation par le numéro deux du Sangha Bouddhiste du Vietnam (Église d’État) Thích Thanh Quyết d’une peinture mettant au même niveau Bouddha et Ho Chi Minh. Thích Thanh Quyết expliquait que les deux étaient au même titre des « sauveurs » de la Nation vietnamienne. Les Vietnamiens dans leur ensemble ont été choqués par la dévalorisation du Bouddha et par la politisation de la religion par le régime.

La loi sur la croyance et la religion de 2016, entrée en vigueur le 1er janvier 2018, est un autre outil de la répression religieuse. Elle ne reconnaît en effet un statut légal qu’aux églises et groupes religieux enregistrés et acceptés par les autorités, et laisse les autres dans un vide juridique, où ils sont à la merci de la répression arbitraire. Võ Trần Nhật a estimé que l’enregistrement des religions devrait être optionnel et que la liberté de religion ou de conviction ne devrait pas être conditionnée par une décision administrative. Depuis l’entrée en vigueur de cette loi, comme l’avait prédit le VCHR, les persécutions religieuses se sont accentuées et des activités jusque-là tolérées ont été interdites et réprimées.

A l’issue de ses travaux, le TIRFF a adopté une Déclaration sur la Persécution des Ouïghours et une sur le trafic des organes par le Parti Communiste de Chine (“#NoMore” Organ Harvesting Declaration), et lancé un mécanisme d’aide aux victimes de persécutions religieuses. Le TIRFF s’est tenu alors que la question de la liberté religieuse devient une préoccupation majeure de la communauté internationale. La veille du Forum, l’Assemblée générale des Nations Unies avait proclamé le 22 août « Journée internationale de commémoration des personnes victimes de violences en raison de leur religion ou de leurs convictions ».

This post is also available in: Anglais Vietnamien

Check Also

Bà Pamela Pontius, Tham tán Chính trị Toà Tổng Lãnh sự Hoa Kỳ, hình phía mặt, vấn an Đức Tăng Thống tại Chùa Từ Hiếu

Le chef de l’EBUV Thích Quảng Độ revient à Saigon

  PARIS, 28 novembre 2018 (VCHR – BIIB) – Le Bureau International d’Information Bouddhiste (BIIB) …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *